Robots Militaire : Tout ce qu'il faut savoir, faut-il en avoir peur ?

avril 04, 2021 9 minutes de lecture

Robots Militaire : Tout ce qu'il faut savoir, faut-il en avoir peur ?

Vous êtes passionné par les robots militaires où vous intéressez tout simplement à ce sujet ? Vous êtes au bon endroit pour savoir l’essentiel sur les robots militaires !

Un robot militaire est un objet mécanique, aussi appelé « arme autonome ». C’est un robot, autonome ou contrôlé à distance, conçu pour une utilisation militaire. Par exemple, les drones que nous connaissons bien sont une sous-classe des robots militaires.

Les robots ont soulevé de nombreuses questions éthiques et légales, conduisant à la création d’associations ou ONG pour sensibiliser et encadrer l’utilisation des robots militaires. Les robots doivent être utilisés dans un cadre bien défini, respectant le droit international et notamment le droit humanitaire.

Quel a été le premier robot militaire et qui l'a inventé ?

Le premier robot militaire est le Goliath, est un petit engin chenillé filoguidé qui a été créé par les Allemands lorsque ceux-ci ont envahi la France en 1941.

robot militaire goliath
Lors de l’envahissement, les Allemands découvrent un prototype de véhicule chenillé miniature français, développé par l’ingénieur Adolphe Kégresse. C’est à travers cette découverte que les ingénieurs militaires mettent au point le premier robot militaire, le Goliath.
Cet engin est doté d’une capacité d’emport de 60 kilos d’explosifs. Il sera alors utilisé à partir du printemps 1942 au sein des unités du génie et dans certaines unités de cavalerie.
Ce véhicule a pour objectif de détruire les charges, les ouvrages d’art ou des points de résistance adverses.


C’est grâce à un câble d’une longueur maximale de 650 mètres reliant le véhicule chenillé à une tablette de commande que l’engin peut se déplacer vers l’objectif grâce à un moteur électrique.
La charge est alors déclenchée au commandement de l’utilisateur, permettant de déclencher une explosion tout en assurant la sécurité des vies humaines de ses initiateurs.

Par la suite, c’est dans sa deuxième version du que le drone militaire produit par l’Allemagne se dotera d’un moteur à essence (qui rendra donc le drone plus lourd, pour un poids total de 430kg).
Le moteur à essence étant plus fiable que le moteur électrique, le robot adoptera une capacité d’emport d’explosifs de 100 kg pour une puissance de frappe presque deux fois supérieure à la version précédente.

robot militaire Goliath (Sdkfz 303)

Le Goliath est alors déployé le long du mur de l’Atlantique dans l’objectif de protéger les côtes contre une invasion alliée. Lors de cette période de guerre des Goliath sont retrouvés sur les côtes normandes et analysés par les spécialistes de l’armement allié pour qu’eux-mêmes puissent se préparer face à ce genre de robots et réfléchir à des prototypes pouvant répondre à ceux-ci. Des exemplaires du Goliath seront également utilisés pour l’insurrection de Varsovie, d’août à octobre 1944.

Le Goliath, premier robot militaire, est un robot très cher pour l’époque (3000 Reichsmark l’unité). C’est un robot qui a la particularité d’être très lent mais aussi très fragile. Ce n’est pas un robot militaire qui est encore au point, il nécessite beaucoup de maintenance, notamment pour les câbles cassants, le blindage de protection insuffisant et sa capacité de franchissement limitée (restant bloqué par de simples obstacles naturels).
Néanmoins, le Goliath est l’une des plus importantes avancées technologiques et surtout l’une des premières dans le domaine des drones militaires.


Pourquoi les armées s'intéressent-elles aux robots militaires ?

Au fil du temps, les armées du monde entier se sont de plus en plus intéressées aux robots militaires. Les robots militaires ont une grande importance, que ce soit pour l’armement, le contrôle de territoires à travers la surveillance ou l'appui d’unités tactiques.

C’est pour cela que les armées, à travers le monde, se sont lancés dans une véritable course vers l’armement robotique.
Les robots militaires, en plus d’être dotés de qualités et ayant des performances supérieurs aux humains, ceux-ci permettent de préserver la vie humaine.
Ils peuvent avoir une multitude de fonctions, en voici une liste non exhaustive :

Les robots de combat
ROBOT DE COMBAT militaire uran-9

    Les robots de combat sont utilisés sur le terrain, sur les champs de batailles, pour épauler les troupes armées lors des opérations. Ces robots peuvent être utilisés à des fins destructrices ou d’appui aux unités déployées.

    Les drones 
    drone militaire

      Les drones militaires sont principalement utilisés à des fins de reconnaissances et surveillance de territoires où d’ennemis. Ces avions sans conducteurs (pilotés à distance) peuvent également être équipés d’un armement militaire déclenchable à distance.

      Les robots démineurs

      robot démineur

        Les robots démineurs ont permis de préserver un certain nombre de vies humaines. Les robots démineurs sont utilisés par l’armée pour déminer des terrains ou neutraliser des explosifs. Leur précision permet de limiter les risques de pertes humaines. Ces robots militaires apportent donc un soutien constant aux troupes armées. Un rapport parlementaire a récemment mis en évidence une nouvelle course aux armements basés sur l’intelligence artificielle.

        Que ce soit les États-Unis, la Russie et la Chine, ceux-ci s’y intéressent afin d’acquérir une supériorité technologique sur l’adversaire. Pour l’heure, la France interdit l’emploi de systèmes d’armes échappant au contrôle humain.

        En effet, plusieurs questions se soulèvent lorsqu’il s'agit de s’armer de robots dotés d’intelligence artificielle. Parmi ces questions, en voici quelques-unes qui font débat :

        • Quels sont les encadrements éthiques et juridiques de ces nouvelles armes ?

        • Peut-on déléguer à des robots la fonction de tuer dans le cadre d’une opération militaire ?

        Des questions qui restent pour l’heure encore en cours d’étude.


        Combien peut coûter un robot militaire ? Quelques exemples

        Les robots militaires sont des outils primordiaux pour les forces armées à travers le monde. Néanmoins, le principal frein à l’équipement des armées, au-delà des potentielles questions éthiques et morales, est le coût de ses bijoux de technologie.
        En effet, pour un “petit” robot militaire, il faut compter quelques millions de dollars (4,500,000$ pour le MQ-1 Predator par exemple). Certains robots militaires dotés d’intelligence artificielle coûteront, quant à eux, plusieurs dizaines voire centaines de millions de dollars.

        Voici un liste de robots militaires :


        Goalkeeper CIWS 

        Un système de défense anti-missile antinavire. Ce robot, installé sur les navires armés, coûte 16 millions d’euros pièce.
        Avec une tourelle tournant à 360° en 3,8 secondes et avec une cadence de 70 tirs par seconde.


        MQ-1 Predator

        Construit par General Atomics Aeronautical Systems, c’est un robot militaire drone très répandu, parfait pour un vol militaire d’altitude de croisière moyenne et de longue autonomie, il est utile à la reconnaissance de terrain, pour un coût de 4,5 milliards de dollars.

        La dernière sortie de ce drone, concernant l’armée de l’Air et de l’Espace Français date de février 2013 pour une opération sur le territoire Malien.
        Au-delà de sa capacité de survol furtif, il est équipé de deux missiles AGM-114 Hellfire à guidage laser, avec un rayon d’action de 1250 km.
        La vitesse de croisière du drone MQ-1 Predator est de 130 km/h et est propulsé par un moteur turbocompressé de 115 ch.


        MQ-9 Reaper

        Également construit par General Atomics Aeronautical Systems, le MQ-9 Reaper est un drone de combat spécialement conçu pour l’United States Air Force, vendus également pour d’autres pays. Il est plus performant que son grand frère le MQ-1 et a un coût également plus élevé, celui-ci étant de 13 à 16 millions de dollars.

        Le MQ-9 Reaper peux parcourir une distance de 200 kilomètres maximum depuis son site de guidage et bénéficie d’une très longue endurance de plus ou moins 24 heures, avec une vitesse maximale de 480 km/h
        Ce drone militaire (sous-catégorie de robot) détient des capteurs embarqués ultras modernes, notamment avec une boule optronique avec des caméras de jour, des infrarouges et un radar SAR-GMTI.

        Pour piloter ce drone, 4 militaires sont mobilisés et composent l’équipage ;

        • le pilote à distance

        • l’opérateur capteur

        • le coordinateur tactique

        • l’opérateur image

        Le MQ-9 Reaper, c’est un composé d’une multitude d’outils de haute technologie.
        L’une de ses plus grandes forces est sa grande discrétion sonore et visuelle.

        Au fil du temps, le Reaper MQ-9 est devenu le drone de référence pour l’armée française. Il a réalisé plus de 1400 missions en 2018 et est au cœur des opérations sur la bande sahélo-saharienne. Le Reaper MQ-9 permet d’assurer à l’armée française les missions de renseignements, de récupération de personnel et d’appui aérien rapproché.

        L’armée de l’Air et de l’Espace dispose aujourd’hui une douzaine de drones.

        SWORDS

        Le SWORDS, étant l’acronyme de Special Weapons Observation Reconnaissance Detection Systems représente des robots de combat télécommandés utilisés par l’armée américaine depuis 2004.
        Sa conception a été demandée pour l’objectif premier d’épargner la vie des soldats américains lors des opérations spéciales de reconnaissances armées sur le front.C’est le genre de robots qui font polémiques, surtout sur le plan éthique et moral.

        Samsung SGR-A1
        Samsung SGR-A1

        Voici le robot sentinelle sud-coréen conçu spécifiquement pour remplacer les soldats humains de l’armée de la Corée du Sud dans la zone coréenne démilitarisée, à la frontière avec la Corée du Nord.
        Ce robot est un système d’armes létales autonome fixe fabriqué par Samsung puis Hanwha Aerospace (une filiale de Samsung). Ce robot, encore sous la forme de prototype, coûte pour l’heure le prix exceptionnel de 200 000$.

        La mission principale de ce robot est de surveiller la frontière pour détecter et prévenir des passages clandestins entre les deux pays. Il est équipé d’une caméra et de capteurs qui lui permettent d’établir une reconnaissance dans un rayon de 4 kilomètres, ce robot est aussi bien efficace de jour comme de nuit.

        Le problème principal actuel de ce prototype de robot de défense est que celui-ci n’est pas en capacité de faire la différence entre un allié est un ennemi (ce qui est très problématique au vu de son armement très performant).


        Et si les robots étaient cools ?


        C’est ce que cherche à démontrer la société Boston Dynamics à travers leur spot promotionnel « Do You Love Me ? » publié sur YouTube en décembre 2020.
        Sur la vidéo, nous pouvons apercevoir trois robots, dont deux humanoïdes et l’un ayant une apparence d’un chien. Ces robots se mettent en scène à travers des pas de danses précis et décidés sur l’emblématique chanson du célèbre groupe The Contours.

        Boston Dynamics est une entreprise américaine spécialisée dans la robotique, notamment à usage militaire.
        Boston Dynamics se veut faire partie des précurseurs lorsqu’il s’agit de robotique, mais aussi d’intelligence artificielle.

        Les principales réalisations à succès de l’entreprise concernent les robots PETMAN, BigDoc, RHex et Atlas.
        Leur objectif est d’être à la pointe de la technologie, notamment lorsqu’il s’agit d’intelligence artificielle.
        Au-delà des robots militaires, Boston Dynamics travaillent sur la production de robots industriels, ayant pour objectif de remplacer l’action humaine sur des missions physiquement périlleuses, et évidemment, optimiser la production et ses coûts.

        Par exemple, l’entreprise a très récemment sorti son dernier robot nommé Stretch.

        Stretch est un robot mobile polyvalent pour la manipulation de caisses, conçu pour évoluer dans les entrepôts actuels, sans que cela nécessite de travaux particuliers. Avec Stretch, le déchargement de camions et l’assemblage de palettes se fait facilement et rapidement. Stretch est un robot autonomie, efficace et intelligent.

        Faut-il avoir peur des robots militaires ?

        Les robots militaires sont bien souvent appelés « robots tueurs ». Nous pouvons faire un premier constat à travers le choix des mots pour désigner ces machines : l’objectif est de faire peur. En effet, une multitude de mots auraient pu être utilisés pour nommer ces robots. Le choix lexical lors de l’appellation de ces outils n’est donc pas à laisser au hasard…

        On dit d’un soldat qu’il protège, qu’il défend, qu’il sauve, alors que dans ses missions, un soldat doit, lorsque cela est nécessaire, éliminer la menace, tuer.

        À travers un terme plus scientifiques, ces robots sont nommés « robots létaux autonomes » (RLA). La peur de ces robots et les débats que ceux-ci soulèvent ne vient pas du fait que ceux-ci sont fait pour tuer, mais de leur capacité à être autonomes, à sélectionner et attaquer leurs cibles sans aucune intervention humaine.
        Encore faut-il être sur ces gardes lorsque l’on parle de ses robots, car, en effet, ceux-ci peuvent en effet sélectionner et traiter la cible, mais il est bon de garder en mémoire que c’est l’Homme qui le conçois programme et le paramètre pour cela.
        Ces robots intelligents ont pour objectif d’être envoyés sur le champ de bataille, en soutien ou à la place de militaires humains. Nous pouvons donc aussi prendre en considération la réduction de pertes humaines liées aux guerres.
        C’est donc de véritables questions éthiques et juridiques qui sont en jeu à travers ce sujet. Des débats qui se tiennent depuis une dizaine d’années, pour encadrer et réguler l’utilisation de robots militaires armés et autonomes.

        robots de chez Boston Dynamics

        Rappelons aussi que pour la plus grande partie des robots militaires, ceux-ci ne sont pas dotés d’intelligence artificielle leur permettant d’avoir une prise de décision autonome, ceux-ci sont pilotés et dirigés par une assistance humaine, à distance.La robotique dans le domaine militaire est depuis presque un siècle un réel sujet d’intérêt pour les pays et leurs forces armées d’à travers le monde. En effet, le développement robotique offre aux pays une plus grande force de frappe et de protection, tout en limitant les pertes humaines.

        À la question « faut-il avoir peur des robots militaires ? », nous pouvons sans trop nous inquiéter répondre non.
        Cependant, à la question « devons-nous être attentif sur le sujet de l’évolution des technologies d’intelligences artificielles intégrées aux robots militaires armés » alors oui, en effet.

        réduction lecteur du blog


        Laisser un commentaire

        Les commentaires sont approuvés avant leur publication.